La plaque du parvis de l’hôpital Rothschild est posée !

Après plusieurs mois d’attente, la plaque du Parvis de l’hôpital Rothschild, rue de Picpus dans le 12e, rappelle désormais aux passants les noms de Claire Heyman et Maria Errazuriz, qui furent assistantes sociales dans cet établissement durant l’occupation et sauvèrent, au péril de leur vie, de nombreuses personnes, dont plusieurs enfants.

La cérémonie a eu lieu le 29 novembre 2017. Vous trouverez ci-dessous, les discours de Mme Catherine BARATTI-ELBAZ, Maire du 12e et de M. Roland LEY, président de l’AMEJD du 12e.

Parvis Heyman - Errazuriz

L’AMEJD.12 et les écoles de l’arrondissement

L’AMEJD.12 est intervenue de nombreuses fois dans les écoles du 12e arrondissement au cours de cette année scolaire.

Une information sur la Shoah ainsi que des témoignages ont été délivrés par les membres de notre association dans les classes de CM1 et CM2 des écoles élémentaires suivantes :

  • 19 rue Marsoulan
  • 52 rue e Wattignies
  • 57A rue de Reuilly
  • 18 rue de la Brèche aux Loups
  • 40 boulevard Diderot
  • 253 ter avenue Daumesnil

Intervenants : Claudine DOUILLET, Roland LEY, Michel LEVY, Charlette RICHEFEU.

Dans ces écoles, les élèves de CM1 et CM2 ont reçu une information sur l’ascension du nazisme en Allemagne, la montée des périls en Europe, la France occupée et la mise en œuvre de la Shoah. Ces séances pédagogiques ont été enrichies par les témoignages d’enfants cachés, et de «passeurs de mémoire», membres de l’AMEJD12, évoquant l’histoire de personnes de leur famille victimes de l’action du gouvernement français de la collaboration.

Dans toutes les classes rencontrées, les élèves se sont montrés vivement intéressés et ont posé de nombreuses questions.

Par la suite, des cérémonies de commémoration ont été organisées dans les écoles Marsoulan, Brèche aux Loups, Diderot et Daumesnil. L’émotion était bien là, permettant à ces enfants d’aujourd’hui d’être en pensée avec ceux qui les ont précédés dans l’école, et qui furent les victimes innocentes de la barbarie nazie, avec la complicité du régime de Vichy.

Grâce à ces moments de recueillement, les noms qui figurent sur les plaques commémoratives posées par les AMEJD sont à nouveau des enfants dont la mémoire est vivante. Et ceux qui fréquentent l’école aujourd’hui sont « entrés dans l’histoire » grâce à ce nécessaire travail de mémoire. Un grand merci à tous, élèves, parents et membres des équipes éducatives (directeurs, enseignants, professeurs, animateurs, agents) pour avoir mené à bien cette tâche nécessaire et essentielle.

Notre travail pour la mémoire de ces enfants se poursuivra l’année prochaine.

L’AMEJD 12 mettra en chantier, au cours de la prochaine année scolaire 2018-2019, une exposition à la mémoire des enfants du 12e victimes de la Shoah. Elle se tiendra dans la Mairie de l’arrondissement, au cours de l’année 2019-2020.

Bon été à tous.

Invitation Daumesnil.253.2018.png

 

Cérémonie du 18 juin à la Mairie du 12e

L’appel du général de Gaulle, depuis Londres, le 18 juin 1940 a fait l’objet d’une cérémonie, au départ de la place Félix Eboué. Après la dépose des gerbes au monument aux Morts et le salut au drapeau, la cérémonie s’est déroulée en Mairie, dans le Salon des Français d’Outre-Mer.

Après le discours de madame la Maire, les élèves de CM2 de l’école Bignon ont entonné la Marseillaise sous la direction de leurs enseignantes.

Le lien entre les générations est entretenu grâce au précieux travail des équipes pédagogiques. Qu’elles soient, une fois de plus, remerciées pour cet engagement.

Extrait des « Mémoires de Guerre » de Charles De Gaulle :

« Le 17 juin, nous arrivâmes à Londres.
Je m’apparaissais à moi-même, seul et démuni de tout, comme un homme au bord d’un océan qu’il prétendrait franchir à la nage.
Il fallait aboutir à remettre dans la guerre, non point seulement des Français, mais la France.
Je n’étais rien, au départ. A mes côtés, pas l’ombre d’une force, ni d’une organisation. En France, aucun répondant et aucune notoriété. A l’étranger, ni crédit, ni justification.
La première chose à faire était de hisser les couleurs. La radio s’offrait pour cela. Le lendemain, à 18 heures, je lus au micro le texte que l’on connaît.
A mesure que s’envolaient les mots irrévocables, je sentais en moi-même se terminer une vie, celle que j’avais menée dans le cadre d’une France solide et d’une indivisible armée. A quarante-neuf ans, j’entrais dans l’aventure, comme un homme que le destin jetait hors de toutes les séries.
L’immense concours de la peur, de l’intérêt, du désespoir, provoquait autour de la France un universel abandon.
Devant le vide effrayant du renoncement général, ma mission m’apparut, d’un seul coup, claire et terrible. En ce moment, le pire de son histoire, c’était à moi d’assumer la France.»

Charles de Gaulle
Mémoires de guerre – L’Appel

 

Plaque arrachée dans le 4e arrondissement

La plaque commémorative posée par l’AMEJD a été arrachée à l’école rue de l’Ave Maria dans le 4e arrondissement.

Raison de plus pour continuer de mener notre action. La plaque sera remplacée, les enfants continueront d’être enseignés, les victimes seront nommées sans cesse pour que l’innommable et l’indicible soient transmis sans cesse par la parole libre.

« Le prix de la liberté c’est la vigilance éternelle.» (Thomas JEFFERSON)

Plaque école Ave Maria 75003.jpg

Marche blanche à la mémoire de Mireille KNOLL

Le président et plusieurs membres de l’AMEJD du 12e étaient présents à la marche blanche qui a eu lieu à Paris le mercredi 28 mars 2018, place de la Nation, à Paris.

IMG_0622.JPG

Cliquez ici →  pour lire le magnifique texte de Djess en hommage à Mireille Knoll

Loin des échauffourées locales dues à la présence — contestée par certaines organisations — de représentants de partis politiques, la foule présente était nombreuse et calme, conformément à l’appel apaisant du fils de Mireille Knoll : « La marche blanche en hommage à ma mère est ouverte à tout le monde, sans exception ».

Les deux meurtriers  ont été mis en examen pour « homicide volontaire à raison de l’appartenance vraie ou supposée de la victime à une religion ». Pour retenir la circonstance aggravante d’antisémitisme, la justice s’est appuyée sur leurs déclarations aux policiers.

La sociologue Dominique Schnapper a répondu, jeudi 29 mars, aux questions des lecteurs du Monde.fr sur la banalisation de la haine des personnes de confession juive. (Source : le Monde.fr)

La vigilance est plus que jamais nécessaire mais ne suffit pas. L’antisémitisme rampant, hélas, reprend de la vigueur en France et en Europe.