Un ouvrage de Georges Bensoussan

AMEJD12.logo

en_ce_moment_sur_la_toile

L’enseignement de la Shoah n’empêche pas l’antisémitisme.

« Les réflexions politiques suscitées par la Shoah n’ont jamais touché un large public, lequel est surtout happé par l’émotion. Et c’est l’émotion qui, conjuguée au passage de relais des générations, permet d’aller du silence à l’hypermnésie. Percevoir la césure anthropologique de la Shoah nécessite des outils intellectuels spécifiques qui permettent d’aller au-delà de l’indignation et de la compassion. L’effet pervers de la centralité culturelle de la Shoah, c’est de nourrir une « religion de la mémoire » qui entrave la réflexion politique.»
GB

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s